IMG_20191109_184338

Les bienfaits du sport chez les enfants

L’activité physique et sportive fait partie intégrante de l’apprentissage psychomoteur d’un enfant. Elle favorise le développement musculaire et l’acquisition de l’équilibre, de la coordination des gestes et de la précision. Elle aide l’enfant à prendre conscience de son corps et de la perception de celui-ci dans l’espace (son « schéma corporel »).

De plus, des études ont montré que les enfants pratiquant des sports comme l’athlétisme ou les sports de ballon développent une masse osseuse plus importante que leurs camarades sédentaires et présentent moins de risque d’ostéoporose à l’âge mûr.

 

Sur le plan psychologique, le sport permet d’acquérir confiance, autonomie, esprit de décision et d’entraide. Pour les enfants agités, il permet de défouler le trop-plein d’énergie et d’apprendre la maîtrise de soi.

Sur le plan social, le sport pratiqué dans un club permet de développer des relations hors du contexte scolaire et fondées sur d’autres exigences. La performance physique, le rôle au sein de l’équipe et l’importance du travail collectif permettent aux enfants d’acquérir des qualités dans des domaines dépassant le simple cadre des aptitudes physiques.

 

Le sport de la naissance à 3 ans

En découvrant son corps et son environnement, le bébé a une énorme activité physique. Le rôle de ses parents est de l’éveiller et de l’aider dans cet apprentissage. Plus tard, l’enfant aime naturellement jouer à la balle, grimper, courir, se dépenser. Les activités de type bébé nageur ou baby sports participent à cet éveil. Ils accompagnent et stimulent les petits enfants dans leur progression psychomotrice, aidés en cela par la présence rassurante des parents.

 

Le sport de 3 à 6 ans

Le goût pour le mouvement et l’activité est très marqué à cet âge. L’enfant a besoin de courir, de sauter, de bouger, de grimper, de faire de l’équilibre, de se suspendre, etc. La soif d’apprendre et l’aptitude à imiter permettent de l’orienter vers l’apprentissage de mouvements très divers en faisant travailler l’imagination. Des activités sportives sont déjà ouvertes aux tout-petits et peuvent accueillir des enfants à partir de 4 ans. D’autres sports, notamment les sports collectifs, s’abordent plutôt entre 5 et 6 ans. Mais quelle que soit la discipline, elle doit rester adaptée aux capacités en cours de développement chez l’enfant. En particulier, chaque sport doit être abordé sous forme d’activité ludique.

Le sport de 6 à 10 ans

Dans cette tranche d’âge, on cherche à élargir le répertoire des gestes et à améliorer la coordination motrice. Les enfants de cet âge sont capables d’effectuer facilement de nouveaux mouvements mais ont encore du mal à maîtriser leur technique. La pratique simultanée de plusieurs disciplines favorise l’acquisition de gestes variés et complémentaires. Dans certains sports demandant une formation technique très complexe, comme la gymnastique ou le patinage artistique, l’entraînement vise déjà à affiner les gestes. Les moniteurs et les entraîneurs doivent trouver des exercices motivants et gratifiants afin de donner aux enfants le goût de persévérer lorsque les exercices deviennent plus difficiles.

Le sport de 10 ans à la puberté

Les organes des sens et de l’équilibre arrivent à maturité, ce qui permet aux enfants d’aborder des gestes techniques complexes. Le désir d’apprendre et la capacité de concentration sont plus importants. Le goût de la compétition est plus marqué. Cette période est généralement considérée comme le premier âge d’or de l’apprentissage sportif. Les mouvements acquis restent « gravés » dans le corps pour toute la vie. À cet âge-là, il est donc essentiel d’apprendre les gestes qui préserveront l’appareil locomoteur et éviteront les problèmes d’os et de tendons. Si de mauvaises postures sont acquises pendant cette période, il sera difficile de les corriger plus tard.

Le sport pendant la première phase de la puberté

Cette phase couvre la période 11-14 ans chez les filles, et 12-15 ans chez les garçons. La puberté et ses changements hormonaux entraînent des modifications physiques majeures qui influencent la pratique sportive. L’augmentation rapide du poids et de la taille donne au préadolescent un nouveau corps à découvrir. Ces variations de la force et du poids rendent les gestes moins précis et moins coordonnés. L’entraîneur doit orienter son programme vers des exercices plus physiques que techniques, en travaillant les gestes acquis.

La maturité psychologique permet un entraînement plus complexe. Le préadolescent commence toutefois à remettre l’autorité en question et demande une participation plus active à son élaboration. L’entraîneur doit être vigilant aux modifications du comportement de ses élèves. C’est le temps des conflits et de la contestation. Le respect de leur autonomie, une plus grande responsabilisation, un règlement rapide des conflits et une attention aiguë portée aux attentes des jeunes sportifs sont essentiels pour préserver leur motivation et éviter l’abandon de la pratique pour cause de mésentente avec l’entraîneur.

Le sport pendant la deuxième phase de la puberté

Chez les filles, elle se situe entre 14 et 18 ans et, chez les garçons, entre 15 et 19 ans. C’est le deuxième âge d’or de l’apprentissage sportif. La croissance en taille ralentit et la prise de poids continue : les proportions s’harmonisent et permettent à nouveau de travailler la coordination et la précision des gestes. L’état psychologique se stabilise, le sens de l’observation est plus aigu, ce qui permet un entraînement au meilleur niveau. La très grande augmentation des capacités physiques et de l’endurance peut autoriser un entraînement intense et soutenu.

Quelle activité physique pour prévenir le surpoids chez l’enfant ?

On recommande aux enfants de pratiquer chaque jour une activité physique au moins équivalente à une demi-heure, voire une heure de marche rapide (voir ci dessous). Un entraînement intense une fois par semaine dans un club sportif ne suffit pas. L’enfant doit bouger au quotidien dans toutes ses activités telles que trajets, jeux, récréation. Cette activité physique régulière fait partie des bonnes habitudes qui se perpétueront à l’âge adulte

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email